Contact Us

Howard Law

Unifor Media Council

205 Placer Court, Toronto, ON M2H 3H9

 Howard.Law@unifor.org  |  Tel: 416 497-4110, 800 268-5763

Un message de Jerry Dias

Il y a eu un buzz sur Twitter à propos d'Unifor la semaine dernière. C'est arrivé lorsque le gouvernement fédéral a annoncé son programme d'aide de 595 millions de dollars au journalisme alors que, dans un événement apparemment sans rapport, les conservateurs ont été profondément offensés par un mème parodique dans lequel Unifor annonçait qu’il se préparait pour les élections de 2019.

Dans leur réaction, les conservateurs ont prétendu que l'indépendance de tout journaliste représenté par Unifor était compromise.

Cependant, il y a quelque chose que nous entendons encore et encore de la part des journalistes : personne ne leur dira jamais ce qu’ils doivent écrire. Peu importe qu’il s’agisse de leur opinion, de leur analyse ou d’une nouvelle factuelle.

Si quelqu'un était susceptible de leur dire quoi écrire, c'est peut-être leur rédacteur en chef, jamais leur syndicat. Les syndicats des salles de rédaction existent pour s'assurer que les journalistes peuvent travailler de manière indépendante.

 

Si les rédacteurs en chef essaient d'exercer une influence politique sur leur travail, nous intervenons comme nous l'avons fait au Toronto Sun le printemps dernier lorsqu'une note de service qui a fait l'objet d'une fuite a laissé entendre que des journalistes de base faisaient partie d'une équipe contre le Parti libéral.

Voici ce que les dirigeants d'Unifor aimeraient que vous sachiez : qu'il s'agisse de journalistes, de travailleuses et travailleurs des médias ou des 315 000 membres d'Unifor, nous savons que la conscience politique de chacun est la sienne. C'est notre droit acquis en tant que Canadienne et Canadien.

Lorsque les dirigeants d’Unifor parlent, c'est au nom d'un syndicat démocratiquement constitué. Le président national et notre Conseil exécutif national sont élus tous les trois ans par les délégués au congrès, qui sont également élus par leurs membres locaux.

Nous défendons la législation du travail, les droits de la personne, et la santé et la sécurité. Nous luttons aussi pour des politiques gouvernementales qui influencent vos conditions de vie matérielle : accords commerciaux, soins de santé et services de garde, pour n'en nommer que quelques-uns.

Cela signifie que le choix du gouvernement est important. Lors des élections de 2014, le chef conservateur ontarien Tim Hudak s'est engagé à sabrer dans les services publics en mettant à pied 100 000 travailleuses et travailleurs de première ligne du secteur public et en légiférant sur le « droit au travail » antisyndical.

 

Unifor s’est impliqué sur le plan politique pour prévenir cette catastrophe.

Nous avons fait de même en Colombie-Britannique pour aider à convaincre les électeurs de chasser Christy Clark du pouvoir.

Aujourd'hui, en 2019, une vague de populistes de droite espère prendre le pouvoir et faire reculer les bonnes politiques gouvernementales qui ont une influence dans votre vie quotidienne.

Ce qui nous amène au mème. Unifor était probablement en retard avec sa parodie de la couverture du Maclean's.

Bienvenue au pire cauchemar de Justin Trudeau.

Il semble que tous les groupes de gauche du pays se sont bien amusés à l’image de cinq gars de droite à l’allure impassible formant « La Résistance » au pouvoir.

Alors, nous avons embarqué dans le coup.

À en juger par la réaction, il y a des gens qui n’ont pas saisi l'humour derrière le geste. En tout cas, les conservateurs ont exprimé leur indignation.

Ce sont les mêmes conservateurs qui ont récemment dénigré le journaliste de Bloomberg, Josh Wingrove, en le traitant de journaliste « libéral » parce qu'ils n'aimaient pas un de ses reportages. Doug Ford traite les journalistes de « vermines ».

Nous espérons nous tromper, mais nous pouvons probablement nous attendre à ce que les journalistes soient encore plus diabolisés à l'approche de cette année électorale. Cela correspond bien au discours populiste de droite. Apparemment, nous sommes tous élitistes, c'est-à-dire tous ceux qui ne font pas partie du parti de Harper, Scheer, Ford et Kenney.

C'est pourquoi nous ne pouvons pas rester les bras croisés alors que la droite choisit la voie populiste pour remporter le pouvoir.