Recording Time

Le texte en français suit le texte en anglais.

Support a Vibrant News Media for a Democratic Society

 

Unifor is Canada’s largest private sector union and has more than 310,000 members across Canada, working in 20 economic sectors. Unifor represents more than 26,000 workers in the telecommunication sector and12,500 media workers, including 5,000 members in the broadcast and film industries.

Media expression is at the core of our identity as Canadians.  We need to see ourselves in the stories we see and hear, day in and day out.  We have always known that this objective can only be obtained if we protect this cultural industry not only with legislation, but also with financial supports.  News and more specifically local news is an integral part of this expression, but news in also important because it creates an informed citizenry and thus is an essential component of our democracy and the public good.

 

The Liberal government has promised support to strengthen our cultural industries. Herein are Unifor’s recommendations on a new Bill-C11, that would bring foreign streamers in to the Canadian regulatory system, and how Facebook, Google and other big tech platforms need to play a significant role in supporting local news to maintain a viable and thriving Canadian news eco-system.

 

C-11

 

Unifor generally supports the previous iteration of Bill C-11, but it was held up in committee and bogged down with opposition and ambiguity regarding user content.  Unifor submits that a revenue threshold be established for media companies, before they are included in the regulatory system. This simple measure will eliminate any questions on whether or not your cat video would fall under regulation.  

 

The elimination of the Local Programming Improvement Fund (LPIF) with no replacement has put broadcast local news in jeopardy and we are in dire need of a sustainable funding source.  Currently, C-11 overlookslocal news and accordingly, Unifor recommends the following changes:

 

  • The CRTC must be specifically mandated to create a mechanism in which Canadian content “charges and expenditures” assigned to domestic and/or foreign media companies are distributed to all local television and radio stations, including those belonging to major networks, in order to sustain local news, given the long term and continuing decline in advertising revenues available to television and radio stations.

 

  • That the distribution of such funds to local television and radio stations be calibrated to employee headcount or payroll expenditure of news gathering and production staff. 

 

To this end we propose the following amendment to C-11:

 

Amend section 11.1(1) as follows:

The Commission may make regulations respecting expenditures to be made by persons carrying on broadcasting undertakings for the purposes of

 (d)  developing, financing, producing or promoting local news and information programming, including through contributions made by distribution undertakings either to a related programming undertaking or by distribution undertakings or online undertakings to an independent fund. In making regulations for the distribution of these contributions, the Commission shall take into account the local presence and broadcast staffing of the programming undertaking.

 

We believe that tying local news funding to actual local staffing levels is the most reliable metric to ensure that industry funds are spent exclusively for the purpose they are intended: that Canadians receive the relevant and timely local news they rely on.

 

Google, Facebook and Tech Platforms Paying for News

 

Tech Platforms Google and Facebook, which do not produce any news, have disrupted advertising revenues that once supported a vibrant news industry in Canada.  While news consumption in Canada has not diminished, Facebook and Google profit from the display of Canadian news on their websites. 

 

The situation has become so dire for so many news outlets that we now realize that the question is not: do Facebook and Google compensate Canadian news outlets? It’s how should they compensate them?

 

Unifor supports the creation of a news fund or the expansion of existing news funds. The idea that these tech platforms would contribute a portion of Canadian revenues to a fund that would be distributed to news creators, much like the Canadian Media Fund (CMF), is simple and could be used to ensure a fair and equitable distribution of monies to qualified news outlets.

 

  • This news fund would not only be supported by the monies levied by the tech platforms, it could also be supported by governments, local, provincial and federal and even private donations. To combat the misperception of government funding journalism, the fund could be built into a trust to ensure that its governance is independent.

 

  • This fund would support local or regional news projects from eligible news outlets, that wouldn’t necessarily receive funding under current programs. These projects could support diverse and underrepresented communities or strengthen community journalism where it is needed most.

 

In the alternative Unifor also supports a hybrid plan consisting of a news fund (as stated above) and made in Canada legislation based on the “Australian model” whereby news outlets will negotiate with the tech platforms, and if a deal is not reached in good faith, it would be subject to binding arbitration.  

 

Unifor believes, first and foremost, that the principle of transparency is upheld.  Deals made or not made with online tech platforms and formulas for compensation that are in the public interest must be public knowledge. Google and Facebook have made deals in Australia and Canada that have been kept secret with non-disclosure agreements (NDAs).  They do not want publishers and sovereign governments to see what they are paying (likely more than they want in Australia and probably hardly anything in Canada). That is why all deals negotiated and compensation paid must be disclosed publicly.

 

Secondly, we must ensure that compensation be directly earmarked for journalism or news creation.  We must avoid the embarrassment of this money being spent on corporate salaries or shareholder dividends. A reporting structure can be created to ensure the money is spent on news creation.

 

Thirdly, we must have a funding model that is inclusive.  Eligible news outlets, whether written or broadcast, private or public should be supported. No eligible news outlet should be left behind.  As for the question, ‘what qualifies as journalism’, Unifor supports criteria similar to that used for determining eligibility for Qualified Canadian Journalist Organizations, but it should be expanded to be platform agnostic i.e.: include broadcasters, podcasters, written, etc.

 

Because remuneration is often based on web traffic it will be imperative that Canadian publishers are given substantial notice before any algorithms are changed by the tech platforms.  Without this notice, Canadian news outlets will be at the mercy of the tech platforms without recourse. 

 

Transparency, inclusiveness and a made-in-Canada approach is Unifor’s proposal to ensure that journalism not just survives, but thrives in Canada.  The Government should take every effort to ensure there are no loopholes, no eligible news outlets should fall through the cracks, and all big tech players must play by the same rules. Google, Apple, Facebook, Microsoft, Amazon or any other foreign media platforms that currently use Canadian newsrooms as a source for free content, must start to pay for it.

 

Randy Kitt

Director, Unifor Media Sector

 

Randy.kitt@unifor.org

______________________________________

Soutenir des médias d'information dynamiques pour une société démocratique

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada et compte plus de 310 000 membres dans tout le pays, travaillant dans 20 secteurs économiques. Unifor représente plus de 26 000 travailleuses et travailleurs du secteur des télécommunications et 12 500 travailleuses et travailleurs des médias, dont 5 000 membres dans les industries de la radiodiffusion et du cinéma.

Ce qui est véhiculé dans les médias est au cœur de notre identité en tant que Canadiennes et Canadiens. Nous avons besoin de nous voir dans les histoires que nous regardons et entendons, jour après jour. Nous avons toujours su que cet objectif ne peut être atteint que si nous protégeons cette industrie culturelle non seulement par des mesures législatives, mais aussi par des soutiens financiers. Les nouvelles, et plus particulièrement les nouvelles locales, font partie intégrante de cette expression, mais les nouvelles sont également importantes parce qu'elles permettent à la population d’être informée et sont donc une composante essentielle de notre démocratie et du bien public.

Le gouvernement libéral a promis de soutenir le renforcement de nos industries culturelles. Voici les recommandations d'Unifor sur le nouveau projet de loi C11, qui soumettrait les diffuseurs étrangers au système de réglementation canadien, et sur la façon dont Facebook, Google et les autres grandes plateformes technologiques doivent jouer un rôle important dans le soutien des nouvelles locales afin de maintenir un écosystème de nouvelles canadiennes viable et florissant.

C-11

Unifor appuie de façon générale l'itération précédente du projet de loi C-11, mais celui-ci a été retenu en comité et s'est enlisé dans l'opposition et l'ambiguïté concernant le contenu utilisateur. Unifor propose qu'un seuil de revenu soit établi pour les entreprises médiatiques, avant qu'elles ne soient incluses dans le système de réglementation. Cette simple mesure éliminera toute question quant à savoir si une vidéo de votre chat tomberait ou non sous le coup de la réglementation.  

L'élimination du Fonds pour l'amélioration de la programmation locale (FAPL), qui n'a pas été remplacé, a mis en péril la diffusion des nouvelles locales et nous avons un besoin urgent d'une source de financement durable. À l'heure actuelle, le projet de loi C-11 ne tient pas compte des nouvelles locales et, par conséquent, Unifor recommande les changements suivants :

  • Le CRTC doit être spécifiquement mandaté pour créer un mécanisme dans lequel les « frais et dépenses » de contenu canadien attribués aux entreprises médiatiques nationales et/ou étrangères sont distribués à toutes les stations de télévision et de radio locales, y compris celles appartenant aux grands réseaux, afin de soutenir les nouvelles locales, étant donné le déclin continu et à long terme des revenus publicitaires disponibles pour les stations de télévision et de radio.

  • La distribution de ces fonds aux stations de télévision et de radio locales doit être calibrée en fonction des effectifs ou des dépenses salariales du personnel chargé de la collecte et de la production des informations. 

À cette fin, nous proposons l'amendement suivant au projet de loi C-11 :

  • Modifier l'article 11.1(1) comme suit :

  • Le Conseil peut prendre des règlements concernant les dépenses que doivent engager les personnes exploitant des entreprises de radiodiffusion aux fins suivantes

  • (d)  d'élaborer, de financer, de produire ou de promouvoir des émissions de nouvelles et d'information locales, notamment au moyen de contributions versées par des entreprises de distribution à une entreprise de programmation connexe ou par des entreprises de distribution ou des entreprises en ligne à un fonds indépendant. En établissant des règlements pour la distribution de ces contributions, le Conseil tient compte de la présence locale et de la dotation en personnel de l'entreprise de programmation.

Nous pensons que le fait de lier le financement des nouvelles locales aux niveaux réels de personnel local est la mesure la plus fiable pour s'assurer que les fonds de l'industrie sont dépensés exclusivement dans le but auquel ils sont destinés : que les Canadiennes et Canadiens reçoivent les nouvelles locales pertinentes et opportunes sur lesquelles ils comptent.

Google, Facebook et les plateformes technologiques doivent payer pour les nouvelles

Les plateformes technologiques Google et Facebook, qui ne produisent pas de nouvelles, ont perturbé les revenus publicitaires qui soutenaient autrefois une industrie de l'information dynamique au Canada. Alors que la consommation de nouvelles au Canada n'a pas diminué, Facebook et Google profitent de l'affichage de nouvelles canadiennes sur leurs sites Web. 

La situation est devenue si grave pour de nombreux médias d’information que nous réalisons maintenant que la question n'est pas de savoir si Facebook et Google rémunèrent les médias d’information canadiens, mais plutôt de déterminer comment ils devraient les rémunérer.

Unifor soutient la création d'un fonds pour les médias ou l'expansion des fonds existants. L'idée que ces plateformes technologiques versent une partie de leurs revenus canadiens à un fonds dont les sommes seraient distribuées aux créateurs de nouvelles, un peu comme le Fonds des médias du Canada (FMC), est simple et pourrait servir à assurer une distribution juste et équitable des fonds aux organisations journalistiques admissibles.

  • Ce fonds de soutien aux nouvelles ne serait pas seulement alimenté par les sommes prélevées par les plateformes technologiques, il pourrait également être soutenu par les gouvernements provinciaux et fédéral, les municipalités, voire par des dons privés. Pour lutter contre la perception erronée du financement du journalisme par le gouvernement, le fonds pourrait être intégré à une fiducie afin de garantir l'indépendance de sa gouvernance.

  • Ce fonds soutiendrait les projets de nouvelles locales ou régionales des organisations journalistiques admissibles, qui ne seraient pas nécessairement financés par les programmes actuels. Ces projets pourraient soutenir des communautés diverses et sous-représentées ou renforcer le journalisme communautaire là où il est le plus nécessaire.

Dans l'alternative, Unifor soutient également un plan hybride composé d'un fonds pour les nouvelles (comme indiqué ci-dessus) et d'une législation canadienne basée sur le « modèle australien », selon lequel les médias d’information négocieraient avec les plateformes technologiques et, si un accord n'est pas conclu de bonne foi, il serait soumis à un arbitrage contraignant.  

Unifor estime avant tout que le principe de transparence doit être respecté. Les accords conclus ou non avec les plateformes technologiques en ligne et les formules de compensation qui sont d'intérêt public doivent être connus du public. Google et Facebook ont conclu des accords en Australie et au Canada qui ont été gardés secrets par des ententes de non-divulgation. Ils ne veulent pas que les éditeurs et les gouvernements souverains voient ce qu'ils paient (probablement plus que ce qu'ils veulent en Australie et probablement presque rien au Canada). C'est pourquoi toutes les ententes négociées et les compensations versées doivent être divulguées publiquement.

Deuxièmement, nous devons veiller à ce que les compensations soient directement affectées au journalisme ou à la production de nouvelles. Nous devons éviter l'embarras de voir cet argent consacré aux salaires des entreprises ou aux dividendes des actionnaires. Une structure hiérarchique peut être créée pour garantir que l'argent est dépensé pour la production de nouvelles.

Troisièmement, nous devons avoir un modèle de financement qui soit inclusif. Les organisations journalistiques admissibles, qu'elles soient de la presse écrite ou radiodiffusée, privées ou publiques, doivent être soutenues. Aucun média admissible ne doit être laissé de côté. En ce qui concerne la question de savoir ce qui est admissible en tant que journalisme, Unifor soutient des critères similaires à ceux utilisés pour déterminer les organisations journalistiques admissibles, mais ils devraient être élargis pour être neutres quant aux plates-formes, c'est-à-dire que les diffuseurs, les podcasters, les médias écrits, etc. doivent être inclus.

Étant donné que la rémunération est souvent basée sur le trafic Web, il est impératif que les éditeurs canadiens reçoivent un préavis important avant que les algorithmes ne soient modifiés par les plateformes technologiques. Sans ce préavis, les médias canadiens seront à la merci des plateformes technologiques sans aucun recours. 

La transparence, l'inclusion et une approche canadienne sont les propositions d'Unifor pour s'assurer que le journalisme ne soit pas seulement en mode survie, mais qu’il puisse prospérer au Canada. Le gouvernement doit tout mettre en œuvre pour qu'il n'y ait pas d'échappatoire, qu'aucun média admissible ne soit écarté et que tous les grands acteurs de la technologie respectent les mêmes règles. Google, Apple, Facebook, Microsoft, Amazon ou toute autre plateforme médiatique étrangère qui utilise actuellement les salles de presse canadiennes comme source de contenu gratuit, doit commencer à payer pour ce contenu.

Randy Kitt

Directeur, secteur des médias d’Unifor 

Randy.kitt@unifor.org